LA PREPARATION  AUX  EXPOSITIONS

MENU Preparation Expo Jugement Etranger Elevage Palmares 2014 NEW !!!! Video New Video Mondial 2013 Mue Mondial 2015 Elevage en Famille New Conférence Renseignement Les Crests Liens

Au début du mois de septembre la mue touche à sa fin, du moins pour les jeunes de la première couvée, il est donc temps de penser a séparer les jeunes en cage d’élevage individuelle. Certains amateurs ont laissés muer les oiseaux en volière d’autres préfèrent la cage de vol, les deux systèmes sont très bons à condition d’y suspendre une cage d’exposition pour que les jeunes puissent faire connaissance le plus tôt possible avec celle ci, les jeunes oiseaux doivent pouvoir entrer et sortir librement de la cage, ceci est le début de l’apprentissage pour mettre les oiseaux en confiance. Durant la mue il est indispensable que les jeunes séjournent en cage de vol ou en volière afin de leurs permettre de raffermir les muscles de la poitrine mais aussi pour avoir un bon port d’ailes car en dehors des fonctions naturelles et normales de la vie comme « boire et manger » il en est une autre capitale « voler ».  Afin de pouvoir évaluer le potentiel de chaque oiseau il va falloir séparer les jeunes en éleveuse individuelle pour pouvoir apprécier les qualités mais aussi les défauts de nos futurs favoris, l’observation constante de chacun de nos sujets permettra de faire un premier triage mais attention de ne pas aller trop vite car un Norwich mettra beaucoup plus de temps pour venir à sa pleine maturité par rapport à certaine petite race dite légère. Il m’est personnellement arrivé d’éliminer un Norwich, sujet auquel je n’attachai pas beaucoup de crédit, je l’avais donc remis en cage de vol mais deux mois plus tard c’est oiseau était complètement métamorphosé et cet oiseau remporta la médaille d’or au BPC liège. Suspendre une cage d’exposition à chacun des meilleurs sujet est le système le plus sur pour ne plus prendre les oiseaux en main, après un certains temps ils se sentent en confiance et la plupart y passent même la nuit. Ensuite arrive le moment toujours délicat de les renfermer dans la cage d’exposition afin de pouvoir les déplacer sur une étagère et c’est la que commence le véritable entraînement. Au début, des périodes courtes de quelques minutes sont amplement suffisantes, car beaucoup d’oiseaux sont terriblement stressés au fur et a mesure du temps. Les périodes en cage d’expositions deviendront de plus en plus fréquentes mais aussi de plus en plus longue, un bon système est de récompenser l’oiseau à chaque fois qu’il vient sur l’étagère en lui offrant un petit « godet » de graines sauvages. Attention toutefois de ne pas confondre cage d’entraînement et cage de séjour ! Problème d’éclairage Pendant les mois d ‘exposition faut- il oui ou non donner aux oiseaux un éclairage artificiel ? Bien sincèrement je ne connais pas la réponse ! Les deux systèmes ont leurs avantages mais aussi leurs inconvénients et je m’en explique. Dans mon élevage mes oiseaux ne reçoivent aucune source de lumière artificielle et reste ainsi beaucoup plus calme (mon bâtiment bénéficie d’une bonne lumière naturelle, mais lors des expositions ils sont soumis a un éclairage artificiel assez puissant, ce qui a pour conséquence de les rendrent très nerveux, la transition étant beaucoup trop grande, c’est seulement deux ou trois jours après l’en logement que les oiseaux commencent a se calmer. Hélas ! C’est trop tard le jugement est terminé. Un de mes amis m’a suggéré de placer un tube fluorescent suspendu a mon étagère d’entraînement dans le but d’habituer les jeunes à l’éclairage artificiel. Ce système me permet d’habituer les oiseaux que j’entraîne sans pour autant déranger le reste de mon élevage.

 LA  VAPORISATION

Une fois que la mue est terminée je n’offre plus de baignoire à mes oiseaux je préfère utiliser un petit vaporisateur mes oiseaux sont alors vaporisés légèrement et ce deux à trois fois par semaine j’ai constaté que les oiseaux aiment être vaporisés, j’essaie toujours de vaporiser les oiseaux en fin de matinée afin que le plumage soit complètement sec avant la tombée de la nuit. Pour la brillance du plumage on peut ajouter un peu de (plume spray) attention de ne pas dépasser la dosser recommandée par le fabricant c.a.d 5 ml pour 300 ml d’eau minérale Attention, il est préférable d’arrêter de vaporiser les oiseaux au moins 5 a 6 jours avant le jugement sans quoi le plumage n’aura pas le temps de se resserrer suffisamment surtout avec des oiseaux au plumage plus long. Voila c’est en portant une très grande attention â une multitude de petit détail qu’il est possible d’amener ses oiseaux au top niveau et faire de bons résultats aux expositions. Tout comme un athlète de haut niveau il a lui aussi son point de forme maximal, exemple : un Norwich qui atteint son meilleur niveau de forme au mois d’octobre n’aura plus aussi fière allure au mois de décembre ce qui parait logique,l’oiseau n’est pas une machine que l’on peut exposer chaque semaine dans le but de faire son « petit championnat » Participer à trois expositions sur l’année est amplement suffisant pour un Norwich, sous peine d’être confronté à des problèmes de mue ou de résultats médiocres lors de la saison d’élevage.

CAGE D’ EXPOSITION

Un bon Norwich présenté a l’exposition dans une cage en mauvais état, ne fera que pénaliser l’oiseau, c’est pourquoi il est très important de contrôler l’état de celles ci avant que la période de concours ne commence ! - contrôler l’état de la devanture ! - contrôler la fixation des perches ! - Vérifier si l’état de la couleur est impeccable ! - Ne pas oublier que pour la couleur verte, il existe un numéro de fabrication, il ne s’agit donc pas de repeindre l’intérieur de ses cages avec n’importe quoi !

 CONCLUSIONS

Ainsi compris, ainsi pratiqué, l’entraînement devient une routine qui aide énormément pour la véritable épreuve qui s’en trouve moins rude puisque l’oiseau y est plus ou moins habitué. Santé et training sont ainsi les deux principaux atouts pour amener la plénitude sportive et la concrétisation vers les sommets.

 A.NOTTET

TOP